DES LIVRES COMME DES AVENTURES DE CRÉATION
Le livre est le centre de mon travail d’artiste. Je considère mes albums comme des aventures de création à partager. J’aime l’idée de mener des chantiers artistiques qui prennent forme dans un livre et qui se poursuivent ensuite après la publication de l’album, à travers des moments de partage, d’expérimentation, de création avec les lecteurs. Je travaille mes images comme des déclencheurs. Déclencheurs d’émotions. Déclencheurs de désirs. Désir de faire, d’expérimenter comme autant d’invitations à jouer, à imaginer, à inventer, à goûter, à bouger… Mettre l’enfant en état de gourmandise existentielle. La lecture est pour moi une affaire de dynamique et de création.

DES LIVRES POUR LE PLAISIR ESTHÉTIQUE
Je travaille mes photographies comme des épures graphiques et esthétiques qui donnent à voir et à ressentir. L’image est pour moi une matière visuelle ouverte sur les autres sens – le toucher, le goût, l’odorat, l’ouïe – dans laquelle j’ancre mes émotions. C’est au travers de cette matière visuelle multisensorielle que s’offre la possibilité d’une rencontre avec l’univers perceptif de l’enfant avec lequel je souhaite partager mon plaisir de jouer avec des matériaux, des formes, des couleurs, de la lumière. Partager et donner à vivre du plaisir esthétique au delà ou en deçà de la narration. Piquer la curiosité, mettre en état de questionnement… J’aime l’idée qu’un enfant puisse cueillir, saisir dans un album des fragments d’émotions qui vont former peu à peu le tout de la lecture. Les enfants perçoivent avec tous leurs sens, avec l’ensemble de leur corps, ils sont prêts à aller au bout de leur émotions les plus diverses.

DES LIVRES COMME UN THÉÂTRE DE MATIÈRES
Quelles soient naturelles, plastiques, alimentaires, monochromes ou multicolores, dures ou molles, lisses ou rugueuses, brutes ou transformées, sous formes de fragments ou d’objets finis, les matières peuplent et habitent mes albums. La photographie et la lumière me permettent de les magnifier, de plonger à l’intérieur, de les grossir pour révéler leurs plis secrets. Donner à voir pleinement leurs textures, rentrer à l’intérieur. Parfois, sous l’emprise de la vitesse et du mouvement photographique, elles se transforment en simples tâches de couleurs, emmenant alors le petit lecteur sur les chemins de l’abstraction. Si le jeu des matières, des couleurs et des formes me permettent de solliciter les sens de l’enfant, elles m’offrent aussi grâce à leur capacités plastiques, grâce à l’art de la métamorphose et du jeu, grâce à l’humour et à l’imagination libérée, la possibilité de tisser des liens avec la pensée : faire affleurer le questionnement, donner à ressentir de grandes interrogations sur la vie, la mort, la naissance, la création, le beau, le temps qui passe…

DES LIVRES PHOTOGRAPHIQUES À FORMES MULTIPLES
La plupart de mes images sont des mises en scène photographiques, des compositions d’éléments dont je travaille minutieusement le cadrage et la lumière. J’aime me saisir du réel, du quotidien et de ses objets, de ses habitudes pour en jouer, les transformer, les donner à voir « autrement ». La photographie est un formidable outil de fabrication visuelle. Angle de prises de vue, jeux d’échelle, jeux de lumière, cadrage, vitesse de prise de vue… Tous les moyens sont bons pour faire naître un univers, explorer, composer, scruter, contempler, observer, détailler, rêver, s’émouvoir, manifester son plaisir ou son déplaisir… Le livre est un merveilleux objet dont j’essaye d’explorer les différentes possibilités formelles en formulant de nouvelles propositions pour chacun d’entre eux. Jouer sur l’identité matérielle, le papier, le format, la pagination, sur les systèmes d’ouverture et de déploiement des pages. Travaillé ainsi, le livre s’apparente à une petite galerie d’art mobile, à un théâtre d’images possédant sa propre unité de temps et d’espace.